C'est vrai le monde est en pleines mutations depuis le Néolothique1; ce que nous perdons de vue c'est que nos traditions sont en pleines disparition car voulant imiter servilement l'occident, on perd la culturel ou traditions qui nous reste. A quoi auront servi les batailles de KWAME KRUMAH et de SENGHOR si nous ne pouvons pas garder ce que Dieu nous a confié? Encore faudrait-il qu'on pense à lui! Prenons un cas, simple: les enterrements dans nos villages: à quoi ressemblent-ils? Aux cérémonies de mariages ou funèbres? On peut voire, les membres des familles qui s'égosillent à se faire coudre des uniformes, à constituer un buffet spécial, à inviter parfois un service traiteur spécial pour l’occasion! A dire vrai, le lieu du deuil n’est plus qu'un lieu de rencontre sentimental où les filles et femmes viennent montrer les limites de leur beauté et bien encore se mettent en circonstance parce que disent-elles souvent "Je peux trouver l'homme de ma vie". A quoi ressemblent les derniers hommages de notre Frère qu'on a perdu? À un lieu commercial? À un Ministère d'embauche ou de débauche?   

                                                            foto_kamarcheo1

                          LAMENTATIONS A L'OUEST CAMEROUN LORS D'UN DEUIL

Chère frère, chère sœur, réveillons nous, redonnons à nos tradition leurs valeurs! N'est-ce-pas beau d'esquisser des pas de danse lors des lamentations2? N’est-ce-pas beau de manger un repas concocté par nos mamans sur du feu à bois?  N’est-ce-pas beau d'entendre le son du Tam- Tam annonçant l'arrivée des ancêtres venus prendre leur fils ou fille disparu(e)? Essayons encore pendant qu'il est temps de conserver nos traditions de peur qu'elles ne disparaissent comme les espèces dont parlent les scientifiques. Eh oui! Si nous ne nous battons pas pour conserver cela, nous ne serons plus que les ruines de nous-même car même l'occident a ses traditions et rites et c'est ce que nous suivons sans relâche.

1. Néolithique: nouvel âge de la Pierre

2. Lamentations: phase où la famille endeuillée pleure le défunt