C’est sous la houlette du Dr. ELOUGA Martin chargé de cours à l’Université de Yaoundé I et chef de la section AGP (Archéologie et Gestion du Patrimoine culturel), et de ses étudiants qu’une descente a été effectuée en Août 2009 à SA'A, région du Cameroun et département de la Lékié, dans la sous région d’Elig-Zogo. L’objectif de cette mission était de recenser les sites de réduction de fer. La réduction de fer est le processus de transformation du minerai en fer utilisable en vue de la fabrication d’objets divers.

Durant cette descente, l’affleurement d’une structure constituée de tessons de poteries a été observé. Immédiatement, un nettoyage au pinceau fut effectué suivi par des prises de vues et de relevés. Pour préparer la fouille, un carroyage (délimitation de la zone à fouiller à l’aide de ficelles et de barres de fer) est posé, conduisant donc à la fouille effective du site au pinceau, pelles et langue de chat. Ceci a permis de dégager un atelier altéré à cinq fourneaux qui a été systématiquement photographié et dont les relevés en plan ont été effectués sur papier millimétré.

(Cliquer sur les images pour les agrandir)

nettoyageNettoyage CarroyageCarroyage Fouille_dcapage_2Décapage Echelle_finMise à l'échelle relev_Relevé

Cette structure serait un atelier ancien de production du fer dans cette localité située à environ 70 km de la capitale politique du Cameroun.La fouille de la structure a présenté comme vestiges archéologiques les restes de bas fourneaux, les fragments de tuyères, de nombreuses scories et des tessons de poteries et une hache polie.

Fragment_tuy_reFragment de tuyère Hache_polieHache polie

Si l’on s’en tient à une datation relative, ce site, de par ses objets similaires à ceux trouvés dans le site d’Obobogo, un quartier de la ville de Yaoundé, daterait du Ier millénaire AV J-C. Il faut dire enfin que la valeur primordiale tient de deux aspects. Premièrement, sa nature, car il s’agit d’un site unique au Cameroun pour le moment présentant un atelier à cinq (05) fourneaux altérés. Deuxièmement, son ancienneté car les tessons de poteries et la hache polie sont des marqueurs d’une période très ancienne. Pour compléter ces résultats, des recherches et analyses de radiocarbones et métallographies sont en cours.

S’il s’avère être un authentique site ancien, SA'A pourrait être non seulement un site de recherche mais aussi et surtout un nouveau site touristique pour les mécènes et touristes étrangers.

Stéphanie YOUSSE